Lexique du stylo de collection

Ce petit guide a pour objectif de vous aider à comprendre le fonctionnement des stylos et de connaître les noms des pièces qui les composent.

Le stylo plume se compose de quatre parties principales :

Le corps, le capuchon et la section et la plume

  1. Le corps est la partie centrale du stylo, elle contient soit une cartouche, un convertisseur ou un système d’alimentation en encre du type vacumatic, à pompe, bouton poussoir, etc…
  2. Le capuchon, il ferme le stylo pour empêcher l’encre de sécher et protéger la plume. Il a parfois un clip ou agrafe permettant de le fixer dans la poche de veste.
  3. La section est la partie du stylo où se fixe la plume sur son conduit. Le conduit est une pièce majeure car elle permet l’arrivée de l’encre à la plume et de réguler son débit à l’aide de petites fentes creusées dans le conduit.
  4. La plume peut être en acier, en alliage ou en or massif.

       L’or massif permet d’obtenir plus de flexibilité dans les plumes.

       Le trou sur la partie supérieure s’appelle l’œil de fente, à l’extrémité de la plume se trouve les deux pointes d’iridium (couleur acier) indispensable pour la durée de vie de la plume car son usure est particulièrement longue, l’or seul s’userait très vite.

Les différents systèmes d’alimentation en encre :

Le bouton poussoir
Bouton poussoir

Le bouton poussoir : un peu dans le même principe du stylo à pompe, hormis que sur celui-ci le levier est remplacé par un bouton à pousser qui se trouve au cul du stylo et caché par une pièce que l’on dévisse pour accéder au bouton et garder son esthétique au stylo.

Le stylo à pompe

Le stylo à pompe : Le corps du stylo abrite un réservoir en latex contenant l’encre. Un levier situé sur le corps et une barre de pression à l’intérieur du corps permettent de presser ce sac en latex afin de le remplir ou de le vider de son encre.  Il suffit de l’actionner 3 ou 4 fois pour pomper l’encre et remplir le sac. Un système efficace et particulièrement fiable et facile d’utilisation.

Le Vacutmatic
Le Vacutmatic

Le Vacumatic : un système propre à la marque Parker, un diaphragme en latex permet d’effectuer par simple pression du bouton, le remplissage du stylo en aspirant l’encre dans le corps. Un système ingénieux et facile d’emploi.

Sac accordéon
Sac accordéon

Sac accordéon : Un système particulièrement utilisé sur les stylos de la marque Stylomine et sur certains stylos lady. C’est un sac en latex à soufflets permettant par une simple pression d’aspirer l’encre et de remplir ce sac.

Le plume rentrant ou safety

Le plume rentrant ou safety : 1 stylo ou la plume se rétracte dans le corps par rotation du système. Dévisser le capuchon et à l’aide d’une seringue, remplissez le corps. Une fois cette opération faite, vous pouvez actionner le mécanisme pour sortir la plume qui servira de bouchon pour empêcher l’encre de sortir.

convertisseur ou converter

Le convertisseur ou converter : Il permet de se substituer et la cartouche permettant alors de choisir son encre et sa couleur.

Schnorchel

Schnorchel : un système propre à la marque Sheaffer, le corps contient un sac en latex dans une cage de fer, en dévissant le cul du stylo, un petit tube en acier sort du conduit sous la plume. Il suffit de pomper 3 ou 4 fois en tirant sur l’extrémité du stylo pour aspirer l’encre par ce petit tube. Le but était de rendre plus propre le remplissage et de ne pas avoir de l’encre à essuyer sur le bloc plume.

L’eyedropper

L’eyedropper : le corps se dévisse et sert de réservoir. Il se remplit à l’aide d’un compte-goutte ou d’une seringue. Une fois rempli, revisser le corps et commencer à écrire.

L’eyedropper

La cartouche de verre : inventée avant l’apparition des cartouches en plastiques, elle aura eu ses heures de gloire ; Elle se réutilise à l’aide d’une seringue.

Le piston : le corps du stylo sert de réservoir, au cul du stylo se trouve une pièce que l’on tourne pour actionner un piston qui monte et descend dans le corps du stylo permettant d’aspirer et d’évacuer l’encre du corps, très facile d’utilisation. Un système que l’on retrouve sur beaucoup de stylos allemands et entre autres sur les Montblanc.

Par capillarité : un système plutôt rare utilisé par quelques fabricants, c’est une cartouche fixe dont l’intérieur est constitué d’une matière absorbante qui se gorge d’encre par capillarité. Vous plongez la plume dans l’encrier et l’encre remonte dans la cartouche. Un système spécifique au Parker 61 et waterman Flash.

Lexique des montres

Une montre, qu’elle soit mécanique, automatique ou à quartz (pile) se compose toute de la même façon. En premier le boitier composé d’une carrure ou vient se loger le mouvement, d’un fond de boîte pour protéger le mouvement et fermer le boitier puis le verre. L’espace ou vient se loger le bracelet s’appelle l’entre corne et donc la partie ou s’attache le bracelet se nomme les cornes (ou anses). En second, vous avez le mouvement, puis son cadran pour la lecture de l’heure et les aiguilles. En troisième, vous avez la couronne de remontoir, souvent située à 3h, elle permet le réglage de l’heure et le remontage de la réserve de marche pour les montres mécaniques et automatiques.

Je vais maintenant vous montrer les différences entre les montres à mouvements mécaniques à remontage manuel et celles à remontage automatique, les montres à diapason, électronic et à quartz. Je vous donnerai également quelques conseils d’utilisation de vos gardes temps et quelques précautions pour prendre soin de votre montre.

Montre mécanique

La montre mécanique : elle fonctionne grâce à l’énergie fournie par un ressort. En tournant la couronne de remontoir dans le sens des aiguilles d’une montre, vous tendez ce ressort et donnez toute son énergie et réserve de marche au mouvement. Elle doit être remontée tous les jours à la même heure. Certaines montres modernes ont des réserves de marche plus importante et peuvent n’être remontée que toutes les 48 heures.

montre mécanique à remontage automatique

Montre chronographe

La montre mécanique à remontage automatique fonctionne sur le même principe, une pièce supplémentaire installée sur le mouvement, la masse oscillante, permet le remontage de votre garde-temps grâce à l’amplitude de votre bras et poignet. Si vous ne le l’avez pas porté pendant plusieurs jours, il sera nécessaire de la remonter manuellement comme une montre mécanique à remontage manuel, ceci afin de lui donner toute sa réserve de marche dès le départ. Les complications horlogères donneront naissance aux montres à complications, les montres chronographes par exemple.

Montre à diapason par la société Bulova

La montre à Diapason : elles sont une évolution de la technique horlogère. La montre bracelet moderne date de 1950 avec l’invention de la montre à diapason par la société Bulova. Objectif majeur, la précision (2 secondes par jour) grâce à l’énergie d’une pile sensée être plus précise que les montres mécaniques classiques. Elle annonce l’évolution horlogère vers les montres électronic puis celles à quartz.

Montre Electronic ou électro mécanique

La montre Electronic ou electro mécanique : Plusieurs sociétés revendiquent l’invention de ce mouvement composé de rouages et d’un balancier comme une montre mécanique, mais le ressort qui fournit l’énergie est également remplacé par une pile. C’est en 1952 que les fabricants Lip, Hamilton et Elgin présentent leurs nouveaux modèles de montres fonctionnant avec des piles. Certainement la plus importante évolution horlogère depuis l’invention de l’horlogerie moderne.

Montre à quartz

Les montres à quartz : Comme leurs ancêtres, elles fonctionnent également à l’aide de l’énergie fournie par une pile, un oscillateur électronique asservi par un résonateur en cristal de quartz. Le but étant d’obtenir la plus grande précision possible et un fonctionnement de plus de 12 mois sans changer la pile.